Henné : application, achat, bienfaits

J’ai eu envie de rassembler ici tous mes conseils sur le henné en général. Ce sont des choses que j’ai testé personnellement, donc je vais parler uniquement de ce que je connais et ce que je recommande / ne recommande pas.

 

Appliquer le henné :

Le mieux est de choisir une henné naturel qualité BAQ (body art quality : le henné très fin qui peut s’appliquer sur la peau pour les tatouages) car il est très très fin et fera une belle pâte souple bien lisse, c’est mieux pour l’application et le coiffage sous la douche. Je mélange toujours le henné avec une petite spatule en bois dans un récipient qui ne servira qu’à ça (récup d’une boite plastique de crème glacée).

Si il y a de la poudre colorante à faire infuser, j’utilise une vieille casserole qui ne me servira qu’à ça et une passoire en plastique qui ne servira qu’à ça également. Certaines poudres colorantes sont très tenaces. D’ailleurs, attention à votre bac de douche au moment du rinçage : plongez la tête dans un seau d’eau chaude, retirez le maximum de votre pâte et videz l’eau sale dans les égouts.

Quel texture doit on obtenir ? : Afin de poser facilement le henné, sans que celui ci ne coule, il faut une pâte au maximum comme du nutella (plus « liquide » que ça, ça ne sera pas bon).

Juste avant d’appliquer le henné, j’ajoute un petit bouchon (en quantité) de glycérine végétale (ça hydrate et vous pourrez démêler plus facilement vos cheveux sous la douche) dans le henné et je mélange (n’ajoutez jamais d’huile !).

Je mets de l’huile sur mon front et mes oreilles pour ne pas les colorer en orange.

J’applique le henné à la main, la tête penchée au dessus d’un journal, avec des gants en vinyle fins pour ne pas colorer mes mains.

J’applique toujours le henné sur cheveux mouillés et propres. Les cheveux mouillés facilitent la pose. La couleur sera la même que sur cheveux secs. De plus, vous utiliserez moins de henné sur cheveux mouillés tant la pose est facilité. Donc j’applique le henné tout de suite après avoir fait un shampoing (sans masque, sans après-shampoing), car le gras (des racines, des masques et après-shampoing) empêche la couleur de bien accrocher. Ensuite je recouvre les cheveux de cellophane et j’enfile un vieux t-shirt.

Je laisse poser le temps qu’il faut (différent selon les mélanges et la couleur souhaitée) puis je rince, je ne fais aucun shampoing, je coiffe sous la douche avec une brosse en plastique (très simple grâce à la glycérine végétale + qualité BAQ du henné) et je sèche tout de suite pour ne pas que de l’eau colorée goutte sur mes vêtements.

Ensuite il faut laisser le henné s’oxyder sur les cheveux pendant environ 3 jours (donc ne pas utiliser de shampoing).

Si vous lavez vos cheveux tous les jours car vous avez les cheveux gras (c’est mon cas), pendant les 3 jours suivant la pose, lavez vos cheveux à la poudre de Sidr.

Voici comment faire :

Pour laver avec du sidr : dans un bol, versez un peu de poudre de sidr (une demi-tasse à café), ajoutez un peu d’eau, tout doucement, jusqu’à obtenir une pâte gluante. Allez sous la douche et posez ce mélange sur les cheveux. Massez le cuir chevelu et ajoutez de l’eau sur les cheveux, massez, et ajoutez de l’eau, massez, et ajoutez de l’eau, massez etc… ça va gonfler un peu dans les cheveux et « mousser très légèrement » comme un produit lavant pâteux. Puis rincez tout. Et brossez vos cheveux sous la douche pour éliminer les résidus de poudre de sidr. Séchez vos cheveux dès la sortie de la douche.

Le Sidr lave les cheveux sans faire dégorger le henné et fixe les couleurs.

Si vous n’avez pas besoin de faire de shampoing souvent, c’est une chance, laissez votre henné s’oxyder naturellement.

 

Conseils d’achat :

Achetez toujours du henné 100% naturel, c’est inutile d’acheter autre chose, et ça risque de faire du mal à vos cheveux et votre cuir chevelu.

J’aime acheter mes poudres colorantes, poudres soins et hennés, en « BAQ », car la qualité extra fine est top. Le plus simple pour certaines marques est de trouver ça sur internet.

Je peux trouver le henné Tazarine qualité BAQ (boite jaune) au marché ou dans les boutiques de produits africains à côté de chez moi, donc n’hésitez à regarder vous aussi.

Vous pouvez trouver certaines plantes colorantes en vrac ou poudre à côté de chez vous (hibiscus : tisane « bissap », cannelle, paprika, thé…)

Il y a certaines poudres de soins que vous pouvez faire vous même (si si !). La poudre d’ortie : récolez vos feuilles et faites sécher puis mixez les feuilles. La poudre de brou de noix : récoltez la pulpe qui entoure les noix, faites sécher et mixez.

J’achète ma glycérine végétale chez Aroma-Zone, mais je n’y achète jamais (plus jamais !) le henné : la qualité est nulle, c’est un henné grossier qui ne colore presque pas !

 

Bienfaits :

A la base, j’ai commencé le henné car j’avais envie de recouvrir mes quelques cheveux blancs. Pourquoi ne pas le faire avec une coloration chimique ? Car je suis une grande allergique de naissance. Mon cuir chevelu et toute ma peau n’acceptent que très peu de choses, je fais beaucoup d’allergies et d’intolérances (combien de fois le pharmacien ne m’a pas cru… j’ai heureusement un bon médecin qui a l’habitude de soigner mon cas extrême…!). Je sais qu’on est de plus en plus à présenter de fortes allergies, donc si vous souhaitez colorer vos cheveux dès la racine, n’hésitez pas à tester le henné qui reste une très belle solution (moins chère mais un peu plus longue à faire que la coloration chimique).

Ensuite, au fur et à mesure des poses, je me suis rendu compte que ça protégeait mon cuir chevelu de mes multiples allergies/intolérances/sensibilités/dermatites/démangeaisons etc… Donc au bout d’un long moment sans henné, j’en ressens vraiment le besoin.

Je n’ai pas réussi à espacer les shampoings car au bout de 24h mon cuir chevelu présente un peu de racines grasses MAIS c’est moins fort que sans le henné.

Un autre bienfait du henné que tout le monde connait (moi ça m’intéresse peu, je n’ai pas spécialement envie de cet effet) mais il rend les cheveux plus épais, le henné gaine vraiment le cheveu.

Le henné est une coloration permanente, ça ne « part » pas.

A savoir : la coloration finale n’est pas visible juste après la pose, il faudra attendre quelques jours (sans lavage) pour obtenir une teinte un peu plus foncée (le henné va s’oxyder).

 

MAIS c’est vrai qu’il assèche un peu également le cheveu, mais moins qu’une coloration chimique, même sans ammoniaque (je vois bien la qualité de cheveux de mes proches qui font des colorations chimiques). Pour contrer cet effet du henné, faites des masques d’huiles sur les pointes la nuit et refaites uniquement du henné aux racines quand vous devez couvrir les racines.

Autre chose que je n’aime pas : l’odeur du henné lors de la pose. Ce n’est pas un gros inconvénient, mais je suis honnête, je ne raffole pas de cette odeur.

 

Il est possible que je mette à jour cet article de temps en temps selon mes expériences/découvertes.

 

 

 

 

 

 

Navettes de lavande

 

 

J’ai réalisé ces navettes de lavande grâce à : ce tuto vidéo. Parfait pour éloigner les mites dans les armoires !

Vous trouverez plein de tuto vidéo/ tuto de blog avec images, sur internet, mais j’aime bien celui ci. Il est en italien, mais c’est inutile de connaitre la langue pour comprendre le tuto.

A la différence de la vidéo, j’utilise des branches de lavande en graines, je préfère (juste après la floraison de la lavande). J’ai utilisé du ruban de satin 6 mm.

Il y a 2 choses à respecter pour réaliser les navettes : utiliser des branches de lavande fraiches (donc : les couper et réaliser sa navette tout de suite après) pour que les branches se plient bien et ne cassent pas. Et avoir toujours nombre de banches (par 1 ou par 2 ou plus) impaire.

 

Cigales en plâtre réalisées grâce à : ces moules en silicone.

 

DIY cintre porte-ceinture

 

Grâce à ses chevilles en bois, voici un porte-ceintures qui n’abîmera pas les vêtements d’à côté dans le dressing (contrairement aux porte-ceintures avec crochets en métal). Autre avantage : on pourra enfiler plusieurs ceintures sur la même cheville grâce à sa taille. J’ai utilisé un cintre-pince car c’est plat et « double » donc je vais pouvoir accrocher mes ceintures des deux côtés.

 

Pour le réaliser j’ai utilisé uniquement des choses que j’avais chez moi :

Un cintre-pince en bois

Des chevilles en bois (8 mm)

De la colle à bois (colle blanche)

Un petit pinceau

Une perceuse à colonne

Un foret à bois de la même taille que les chevilles (8 mm)

Un crayon

 

(Prenez les chevilles en bois que vous avez en stock, la taille est facultative)

 

Voici comment je l’ai réalisé :

On travaillera toujours sur le cintre-pince OUVERT.

L’étape la plus important sera d’incliner le plan de la perceuse à colonne à 20 degrés (sens horaire) et de le tourner vers la droite, ce qui va permettre au cintre de glisser jusqu’au fond afin de réaliser tous les trous. Vérifiez bien que le foret passe dans le trou du plan.

Avec un crayon, répartir les repères pour trouer à l’endroit souhaité. J’ai réalisé des espaces différents, ça dépend des ceintures qu’on a (boucle large, boucle fine…). Attention à ne pas trouer sous les tiges en métal du cintre.

Bien maintenir le cintre et trouer aux repères (on peut ajouter une butée sur le plan pour s’aider).

 

 

Ensuite j’ai appliqué de la colle à bois sur le bout des chevilles et dans les trous, j’ai glissé les chevilles dedans sans les faire dépasser de l’autre côté, et j’ai laissé sécher 24h.

 

 

Voilà !