Bloomer femme (Burda)

Je me suis cousue ce bloomer Burda dans un tissu léger et j’ai ajouté un gros noeud en satin sur le devant. La taille et les jambes sont donc élastiquées, c’est très léger sur les jambes, juste de quoi resserrer le tissu sans serrer les cuisses. Il y a 4 pièces à assembler et 3 élastiques à insérer. Je fais une taille 40 mais j’ai découpé le patron dans la taille 42 pour avoir un bloomer bien gonflé. Je ne sais pas si c’était utile ou non, mais voici le résultat :

 

« Culotte » du patron en pochette Burda Style 7109 « Lingerie de nuit » :

 

Pour le tissu je pense que c’est du voile de viscose (je l’ai reçu lors d’un troc).

 

Caleçon femme tout simple

Je me suis cousue ce petit caleçon femme tout simple grâce à la couture japonaise. Il suffit d’assembler 2 pièces.

C’est une taille unique qui est donnée dans le livre, ils disent que c’est un M/L, je fais un 40 en pantalon et je pense qu’une fille avec des hanches plus larges que les miennes aurait du mal à passer ce caleçon… Donc à voir selon votre morphologie, hanches larges ou étroites, fesses très bombées ou non etc… C’est le problème habituel avec la couture japonaise qui n’est pas vraiment prévue pour les morphologies non-asiatiques, mais j’aime la simplicité des patrons.

La taille est élastiquée.

J’ai ajouté un noeud en satin sur le devant pour le rendre un peu plus mignon.

 

Patron du « caleçon flou » de la page 65, du livre « La couture nature ».

 

Tissu bleu à fleurs en coton : les coupons de Saint Pierre

 

DIY porte-chéquier ultra simple

J’ai réalisé ces deux porte-chéquiers très facilement grâce à du tissu enduit. Il n’y a pas d’ourlet car le tissu enduit ne s’effiloche pas. Mon tissu enduit est « fin » comme un drap en coton avec du « vernis » dessus, ce n’est pas de la nappe caoutchoutée ou autre, c’est du coton enduit à coudre; je l’ai donc doublé grâce à de l’entoilage thermocollant blanc pour le rendre plus épais. (C’est un tissu plus fin que les tabliers pour enfant).

 

 

Voici le tuto tout simple :

Le patron est un rectangle de 36,2 cm x 18,5 cm. (Ces dimensions sont valables uniquement pour l’épaisseur de ma préparation « coton fin enduit + entoilage fin ». Si vous avez un tissu plus épais, il faudra revoir votre patron.)

Découpez le tissu enduit selon ces dimensions et un rectangle d’entoilage thermocollant un peu plus grand.

Thermocollez au fer à repasser coté « tissu » du tissu enduit, et redécoupez l’entoilage qui déborde un peu du tissu enduit.

Ramenez les deux côtés à 7,5 cm de haut et coudre les bords à environ 0,5 cm, pas plus, (vérifiez avec votre chéquier).

Voilà !

J’ai redécoupé les bords au plus près des coutures, question de goût, à vous de voir.

 

 

J’ai ajouté des strass thermocollants sur le tissu enduit « hiboux »; ça tient très bien à ma grande surprise ! (voir première photo)

J’ai eu ce tissu au salon du tissu à Reims (vendeurs du pays-bas), c’est un tissu enduit qui peut se repasser à chaleur moyenne, c’est très pratique pour effacer ou marquer un pli !

 

Petite boite à bijou Corse

 

Pour protéger mon oeil de Sainte Lucie j’ai eu envie de faire une petite boite à bijou sur le thème de la Corse.

 

 

Pour la réaliser j’ai eu besoin de :

Un peu de pâte polymère (type Fimo)

De la fine corde naturelle (récup sur un sac en papier)

Une petite boite en carton ovale (boutique de loisirs créatifs)

Un petit poisson en plastique (ancien bouton)

Un petit morceau de ruban

Du ruban pour le tour du couvercle

De la colle

Un moule en silicone du relief Corse, avec inscription « Corsica », disponible sur :  CE SITE

 

J’ai déposé de la ouate au fond de la boite et je n’ai décoré que le couvercle.

 

 

Vous pouvez commander le moule en silicone « Corsica » via : CE SITE.

 

 

Sertir une pierre avec du plastique thermoformé

 

J’ai la chance d’avoir un père qui fait de la plongée sous-marine et qui rapporte à sa fille ses petits trésors. Cette fois il m’a rapporté « un oeil de Sainte Lucie » trouvé dans les profondeurs en Corse. Un vrai de vrai, pas de ceux achetés en boutique de souvenirs. J’ai eu envie de le porter en pendentif, sans l’abîmer (pas question de le percer ou de le coller). J’ai donc eu l’idée d’utiliser du PETG incolore et de le thermoformer pour sertir la pierre.

 

 

Pour sertir ma pierre j’ai eu besoin de :

Une pince (sorte de longue pince à épiler) : pour tenir le plastique + la pierre, d’une main.

Une spatule : pour rabattre le plastique de l’autre main et pas se brûler les doigts.

Un morceau de fil de fer épais : pour percer le plastique à chaud, à la fin.

Un pistolet chauffant (celui qu’on utilise pour faire fondre la poudre à embosser) : pour ramollir le PETG. J’ai bloqué le pistolet grâce à une pince flexible de photographe, mais vous pouvez le bloquer autrement, avec quelque chose de lourd sur plusieurs livres par exemple. On a besoin d’utiliser ses 2 mains donc on ne pourra pas tenir le pistolet.

Un morceau de PETG incolore : n’utilisez pas un autre plastique qui pourrait rétrécir, brûler, buller, noircir, fondre, coller à la pierre, jaunir à long terme… Le PETG est un plastique réservé au thermoformage.

Un petit anneau en métal : pour suspendre le pendentif.

Le patron de la forme à découper dans le plastique (voir image en dessous).

Et la pierre évidemment ! Une vraie pierre ou coquillage, pas de plastique surtout.

 

 

Voici le patron à adapter selon votre pierre :

 

 

Le rouge correspond au diamètre de la pierre (ça sera la partie au dos du pendentif).

Le violet correspond à la partie non pliée qui sera percée pour passer le pendentif sur une chaîne.

Les parties bleues correspondent à l’épaisseur de la pierre et seront rabattues pour maintenir la pierre.

 

Voici comment faire :

Découpez votre patron dans du papier et testez ce modèle en papier sur votre pierre pour voir si ça l’englobe bien.

Placez le patron sur du PETG (bloquez avec un petit morceau de scotch) et coupez tout autour avec un cutter et une paire de ciseaux (c’est encore mieux si vous avez un cutter à ultrason).

Placez la pierre sur le morceau de PETG découpé, tenir le tout d’une main avec la pince. Protégez la pierre (entre elle et la pince) avec un petit morceau de papier. Tenez la spatule de l’autre main et faites chauffer le pistolet au plus bas niveau (niveau 1 sur le mien) pour ne pas faire éclater la pierre ou le coquillage. Placez les petits morceaux à rabattre, sous la chaleur, un à un, et pliez les avec la spatule.

On peut recommencer en chauffant les petits morceaux pour mieux les rabattre si besoin.

Pour créer le trou : chauffez le fil de fer épais, sous la plus forte chaleur du pistolet, et percez le petit morceau de PETG froid qu’il reste (en violet sur le patron).

Passez un petit anneau en métal dans ce trou, et voilà !

 

 

Si un jour je veux faire autre chose avec l’oeil de Sainte Lucie, je pourrai faire ramollir le plastique une nouvelle fois et retirer la pierre tout simplement.

 

Grâce au plastique transparent je peux voir le dos de ma pierre :